Les dernières vidéos

Faire le deuil de son chien


Cela fait maintenant deux semaines que mon petit Eliott nous a quitté. Un moment déchirant et douloureux, bien que nous y étions préparé depuis quelques semaines. 

Beaucoup ne comprennent pas la douleur que l'on peut ressentir lorsque l'on perd son animal de compagnie. C'est encore trop tabou aujourd'hui ou banaliser. Mais un chien, un chat, un lapin ou que sais-je, prend énormément de place dans une vie de famille et dans un cœur. Et ça m'attriste énormément de voir que certaines personnes puissent juger cela ou dire des choses comme "ça va c'était qu'un chien". Non.

Alors dans cet article, j'avais envie de revenir sur mon expérience et vous faire part, si vous aussi vous vivez actuellement un deuil suite à la perte de votre chien ou un autre animal, de mes conseils pour vivre son deuil de façon plus sereine. 

Ma rencontre avec Eliott

Lorsque j'ai adopté Eliott, ce n'était clairement pas prévu. Souvent, lorsqu'une personne ou une famille adopte un chien, c'est longuement réfléchi, discuté. Ce qui n'as pas du tout été mon cas. 

Ma rencontre avec Eliott s'est faite au salon du chiot à Lyon en Novembre 2013. A cette époque, j'avais déjà deux chats et vivais dans un appartement d'un peu moins de 40m carré avec mon copain de l'époque. Etant une vraie amoureuse des animaux et n'ayant rien de mieux à faire ce jour là, nous nous sommes dit "Tiens, si on allait faire un tour et voir les toutous". A aucun moment je n'y allais dans l'optique d'adopter un chiot : trop de contraintes + j'avais déjà deux chats.

J'ai récemment lu (et on le dit d'ailleurs souvent), que ce n'est pas vous qui choisissez votre animal, c'est lui qui vous choisi. Dans ma conception et ma vision de la vie, je suis persuadée que rien n'arrive pas hasard. J'ai un côté de moi très tourné vers le spirituel également, et je pense que deux énergies qui se rencontrent et vibrent fortement au même moment peuvent donner énormément de choses. Et très clairement, à ce salon, Eliott m'a choisi.

Je me souviendrais toujours de ce jour. Il y a eu une connexion immédiate. Je l'ai regardé, je l'ai pris dans mes mains, il m'a léché le bout du nez et là je lui ai dit "toi je t'aime déjà et tu t'appelleras Eliott". On s'était trouvé, on s'était choisi mutuellement et naturellement.  

Il était important de vous raconter tout ceci avant de rentrer dans le vif du sujet car mon lien avec ce petit toutou était particulier dès notre première rencontre. Je n'ai pas adopté un chien, j'ai adopté Eliott. Et beaucoup m'ont demandé après son décès "tu vas prendre un autre chien", et la réponse est clairement NON ! Car aujourd'hui, ce n'est pas un chien ou une quelconque présence animale qui me manque, c'est Eliott. Mais je reviendrai là dessus plus tard. 

Comment surmonter la perte de son chien ?

Les Cavalier King Charles sont des races réputées pour être cardiaque et avoir une espérance de vie assez "basse" (aux alentours de 10 ans). La maladie cardiaque d'Eliott a été détectée en décembre 2020 par pur hasard, lors d'une visite chez le vétérinaire pour une petite otite. Et c'est là que le combat a commencé.

Une attention particulière quotidienne, des traitements à prendre matin et soir tous les jours, des visites quasiment toutes les semaines chez le vétérinaire. Jusqu'à ce 29 avril où le petit cœur d'Eliot a cessé de battre définitivement. 

C'est quelque chose que je sentais qui allait arriver. Appelons ça l'instinct, l'intuition ou que sais-je encore. Alors que pourtant, rien ne laissait paraître : il avait la fougue d'un jeune chien comme il a toujours eu. Il gardait la pêche et ne se rendait absolument pas compte qu'il était malade. Mais la maladie a été plus forte, et elle l'a emportée un jour de visite chez le vétérinaire sous anesthésie à la suite d'un détartrage. Mais croyez moi, je suis soulagée que ce soit arrivé là-bas et dans ces conditions, et c'est ce qui m'aide dans le processus de deuil. 

Alors comment réussir à faire son deuil ?

1. Extérioriser

Comme dans n'importe quel deuil, chacun réagit de façon différente. Mais si il y a bien une chose que je peux vous conseiller c'est d'extérioriser au maximum. De mettre des mots sur ce que vous ressentez, de les exprimer. Plus vous allez extérioriser, plus le processus de deuil sera sain et "simple". 

J'ai fais cette erreur dès le départ, comme je le fais souvent, de garder un maximum de choses en moi, de garder un état d'esprit positif au maximum, finalement, une sorte de déni. Jusqu'à ce weekend où tout est sorti d'un coup. Et c'est là où ça fait le plus mal car on revis les choses une seconde fois. Et croyez-moi, ce n'est pas une bonne solution. 

Alors pleurez, parlez, criez, faîtes ce qui vous fait le plus de bien pour extérioriser au maximum votre peine et votre perte. 

2. Entourez-vous

Et là aussi, j'ai fais l'erreur de vouloir gérer la chose toute seule, hors, on le sait que lorsque l'on est dans un état de tristesse profonde, nous avons besoin de soutien. Et ce n'est que depuis ce weekend où tout est ressorti que j'ai finalement assumé auprès de mes proches et particulièrement de ma plus proche amie, que non, je n'allais pas bien. 

Alors, entourez-vous, mais des bonnes personnes. Non pas que les gens qui ne comprennent pas ce besoin de deuil pour un animal soient des mauvaises personnes, elles ne peuvent tout simplement pas vous aider sur ce sujet car elle n'y sont pas suffisamment sensibles, elles ne comprennent pas forcément la peine que l'on peut avoir. Alors entourez-vous de personnes bienveillantes sur ce sujet, qui vous laisseront avoir de la peine et parler de votre toutou comme si vous parliez d'un être humain, d'un membre de votre famille, car c'est clairement ce qu'ils sont. 

3. Acceptez

Et là, c'est la partie la plus délicate. 

Pour ma part, j'ai fonctionné à l'inverse, j'ai d'abord accepté avant d'extérioriser. Chacun fonctionne différemment et comme il le peut et surtout, en fonction de son expérience. 

Comme je vous l'expliquais plus haut, je savais qu'Eliott vivait ces dernières semaines, que sa maladie prenait de plus en plus de place à l'intérieur de lui. L'équipe vétérinaire a été honnête avec moi et je n'en demandais pas moins. Cela m'a énormément aidé à accepter "plus facilement", si je peux le dire ainsi, le décès d'Eliott. J'étais préparée et son décès est intervenu dans des conditions idéales pour lui et pour moi. Je ne l'ai pas vu souffrir à la maison, il n'a pas souffert étant sous effet anesthésie pour son détartrage. C'était "naturel", c'était son destin, c'est ce qui devait arriver. Et cela m'a beaucoup aidé a accepter la situation. 

Dans un cas où vous n'y êtes pas suffisamment préparé à l'avance ou dans le déni (qui fait partie des étapes du deuil), il faudra passer par l'étape de l'acceptation. Tout doucement. Accepter qu'il n'est plus là, mais garder les souvenirs heureux et se dire qu'il a fait partie de votre vie à un moment donné.

Dois-je me débarrasser des affaires de mon chien ?  

Là encore une fois, c'est à l'appréciation et au vécu de chacun. Ce que je vous conseille cependant, c'est de ne pas le faire dans la précipitation et sous le coup de l'émotion. 

Vous venez de perdre votre chien ou votre chat et vous ne supportez plus de voir ses jouets ou son panier ? Rassemblez tout dans un coin accessible et non visible et laissez passer l'orage.

De mon expérience, lorsque nous sommes revenus de la clinique après avoir dit un dernier aurevoir à Eliott, nous avons rassemblé toutes ses affaires tout de suite en rentrant et les avons rangées dans sa boîte à croquette (que nous avions vidée et lavée) et rangé le tout dans un coin. Cela fait deux semaines. Et je ne sais toujours pas quoi en faire. Les garder ? Les donner ? Je ne me sens pas encore prête de prendre cette décision alors je laisse passer et je me concentre sur moi, mon deuil, mes émotions. 

Faîtes de même. Ne vous précipitez pas. Faites le deuil, acceptez et ensuite vous agirez. 

Faut-il reprendre un animal tout de suite après le décès de mon chien ?

Là encore, les avis et les besoins divergent. 

C'est la question qui m'a énormément été posée dans mon entourage et je dois vous avouer qu'elle ne me fait pas du bien et m'agace par moment (sorry, je vous aime quand même mes proches). Eliott était pour moi bien plus qu'un simple animal de compagnie. C'était Eliott et je ne souhaite en aucun cas le remplacer. Je n'ai pas envie de passer à autre chose ou de remplacer le vide. Un autre animal ne m'enlèvera pas ma peine ou ne comblera pas mon vide car c'est Eliott lui-même qui me manque, pas un chien lambda. 

Mais je sais que d'autres ont ce besoin de passer tout de suite à autre chose en adoptant un nouvel animal. Ce que je respecte totalement, même si je ne le comprends pas forcément, ne le vivant pas de la même manière. 

C'est donc, une fois de plus, à votre appréciation personnelle. Si vous adoptez un nouveau petit compagnon pour le comparer ou le remplacer, je ne suis pas sûre que ce soit la bonne solution. Si cependant, vous avez toujours vécu avec des animaux et que vous avez ce besoin de vous sentir entouré et que cela vous fait du bien, alors faîtes le. 

Je pense qu'il faut réfléchir avant tout à "pourquoi je le fais". Dans le cas de la perte d'un animal, je pense que rien ne doit être fait dans la précipitation ou l'émotion, au risque de regretter. 

Faîtes cependant ce qui semble bon pour vous de façon positive. Si adopter un chien ou un chat pendant votre période de deuil ne fait que raviver des souvenirs de façon négative alors attendez. Laissez-vous le temps d'y penser, d'y réfléchir, et de savoir pourquoi vous avez ce besoin. 


Je ne suis clairement pas une experte du deuil animal ou psychologue ou autre. Je ne fais que part d'une expérience personnelle qui a été très forte et que je voulais partager. Je sais que je suis la première à lire des blogs lorsque je doute ou suis vulnérable, et de savoir que quelqu'un d'autre peut vivre les mêmes choses me fait souvent du bien.

J'espère que cet article vous aura aidé, fait du bien, ou répondu à certaines interrogations que l'on peut se poser. N'hésitez pas à partager votre expérience en commentaires.




Commentaires

  1. Très bel article, c’est d’ailleurs je l’avoue le premier que je lis sur ton blog, moi qui suis pourtant toujours grande amatrice de blogs.
    En effet la perte d’un animal n’est pas toujours comprise alors que pourtant on perd tous un humain à un moment où à un autre et c’est la même chose, j’ai jamais compris c’était qu’un chien, on dit ça d’un objet, « c’était qu’une voiture, c’était qu’une écharpe, c’était qu’un stylo » mais pas d’un petit être qui partage notre vie plusieurs années, je ne peux que compatir sur l’incompréhension des gens ayant pour ma part perdu un petit lapin il y’a maintenant quelques mois, c’est dingue comme ces petits poilus laissent un vide <3 Prends soin de toi Amélie

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire