Les dernières vidéos

Famille parfaite - Lisa Gardner


Sur cette lecture, je suis mi-figue, mi-raisin. J’ai déjà eu énormément de mal à me mettre dans l’histoire mais surtout j’ai été assez déçue.

Quatrième de couverture

Les Denbe semblaient sortir des pages des magazines glamour : un mariage modèle, une belle situation, une ravissante fille de quinze ans, une demeure somptueuse dans la banlieue chic de Boston… une vie de rêve.
Jusqu’au jour où ils disparaissent tous les trois. Pas d’effraction, pas de témoin, pas de motifs, pas de demande de rançon. Juste quelques traces de pas et des débris de cartouches de Taser sur le sol de leur maison. Pour la détective privée Tessa Leoni, l’enlèvement ne fait aucun doute. Mais que pouvait bien cacher une existence en apparence aussi lisse ?


Mon avis

Alors, comme ça, ça fait rêver ? Un bon gros roman policier comme on les aime. Du suspens, de l’action des rebondissements ! On imagine tout de suite notre lecture saisissante…

Que nenni !

Je vous explique pourquoi. Et attention, cela ne reste que mon avis. Nous avons tous des sensibilités différentes à certaines écritures, des envies différentes et des besoins différents à chaque lecture. Je ne me permets en aucun cas de juger le travail de Lisa Gardner. N’étant ni écrivain et encore moins critique littéraire, je ne me permets pas d’émettre un jugement sur son travail de fond.

Je ne me permets que de juger la forme, en tant que lectrice lambda.

(Les personnes qui se permettent de juger un écrivain et de la fracasser en deux tout ça parce que l’on accroche pas me mettent hors de moi. Et il y en a un bon paquet sur Instagram ou les blogs… Chacun ses goûts.)

Une histoire trop longue

Dans les romans policiers, je pense qu’il faut trouver un juste milieu dans la longueur et les descriptions. Ici il n’y en a pas. Je me suis moi-même surprise à sauter des pages tellement j’en avais ras le bol de lire des pages, à mon sens, inutiles et inintéressantes pour suivre le fil de l’histoire. J’aime les romans qui vont à l’essentiel, sans trop en dire. Surtout sur un roman policier où le suspens est le maître mot.

Ici, les descriptions sont beaucoup trop longues pour moi. Je me lasse très vite et cela ne me donne pas envie de passer à la page suivant.

Les détails sont beaucoup trop importants, ce qui m’amène au paragraphe suivant…

Et le rebondissement il est où ?

A trop vouloir en faire, on fini par gâcher un peu le moment. Et c’est ce qui s’est passé avec le roman de Lisa Gardner. Elle en dit trop, en fait trop. Ce qui fait, qu’à la moitié du roman, je savais qui était le coupable.

Et mon dieu, ce que je déteste ça !

J’aime les romans qui me transportent et qui me retournent le cerveau tellement de fois qu’à la fin de l’histoire je ne sais plus où je campe. Que lorsque l’on m’annonce la vérité, que l’on me donne le nom du coupable, je fais 20 tours sur moi-même en criant « maiiiiis nooooon les baaaaaaaa***** »

Ce qui n’est absolument pas arrivé ici. J’avais hâte de le finir pour en commencer un autre. Pas parce que je voulais savoir, je savais déjà. J’avais tout de même envie de comprendre la raison, pourquoi le coupable avait fait cela et même en l’apprenant, rien de fou. Du banal. Du vu et revu.

Vous l’aurez compris, je suis extrêmement déçue de cette lecture.

Je vous la conseille si vous aimez les romans policiers simples et efficaces, sans grands rebondissements mais qui tiennent la route. Car, si on peut retenir un point positif de ce roman, l’histoire tient vraiment bien la route et c’est très très bien pensé. ça aurait pu être parfait, mais ça a été gâché par la non surprise.

Je vous le déconseille si comme moi, vous aimez être surpris, aimez être perdu dans l’histoire et prendre un coup de fouet majestueux dans les dernières pages. Là, vous allez un peu vous ennuyer.


Vous l’avez déjà lu ? Qu’en avez-vous pensé ?



Commentaires